Traduction – Notre Point-de-Vue

L’expression italienne connue mondialement ” Un traducteur est u traître” a été lontemps considérée comme l’axiome de l’intrduisibilité. Elle démontre seulement la mauvaise conception répandue selon laquelle une simple correspondance “mot-à-mot” entre n’importe quelle deux langues et que la traduction est processus mécanique.

Apparemment, les difficultés du métier de traducteur n’existait pas depuis des temps immémoriaux, l’emploi lui-même a certainement été inutile avant les temps de la Tour de Babel et la confusion s’étend depuis. Une confirmation indirecte de l’ancien mythe qui a persisté dans toutes les littératures mai être le fait que nous n’avons pas encore trouvé aucune

inscription bilingue antérieurs au dernier trimestre de BCE 3ème millénaire. Lors de ces journées, le sumérien, l’Egypte ancienne, l’akkadien et systèmes d’écriture élamite ont été pleinement utilisé, mais toujours pas de nécessité d’un texte bilingue de mai se sont élevées parmi les scribes, puis au Moyen-Orient et de diplomates.

L’histoire biblique bien connu semble refléter le mythe sumérien de Enmerkar et le seigneur d’Aratta, selon lequel Enmerkar d’Ur imploré Enki de restaurer l’unité linguistique parmi l’humanité. Comme une interprétation moderne identifie Enmerkar d’Ur avec la Bible et le Coran Nimroud, qui avait également été mythifiée comme Gilgamesh dans la tradition mésopotamienne, nous comprenons mieux les références du grand historien musulman Al Tabari qui, dans son Histoire vénéré des prophètes et des rois , a attribué la Tour à Nimrud et la punition magnifique de l’exploit à Allah, se référant aux 72 langues de la confusion qui a suivi.

Nous avons donc cru nécessaire d’aller dans l’autre sens, si la confusion a créé les langues, on place la compréhension et la sensibilisation à l’épicentre de nos efforts. Nous cherchons à mettre en contexte la signification, et de l’interpréter en produisant par la suite un texte équivalent dans la langue cible. Dans cet effort, nous avons senti que nous sommes tout simplement le dernier anneau d’une longue chaîne des scribes égyptiens et des traducteurs.

Egypte – Terre des Pyramides

Egypte – Terre des translations

Le fait que la première langue internationale du monde a été le sémitique akkadien de Mésopotamie akkadienne, et ses dérivés, – de Babylone, a créé un intérêt parmi les dirigeants pharaonique du Nouvel Empire pour embaucher des scribes instruits et multilingues. Lorsque le pharaon a voulu communiquer avec son homologue hittite (dans la zone centrale de la Turquie d’aujourd’hui), avec les rois d’Assyrie, de Babylone,de Mitanni (le royaume hourrite dans le domaine de la Syrie du Nord d’aujourd’hui), et de l’Elam (au sud-ouest de l’Iran d’aujourd’hui) ou les rois de moindre importance des royaumes cananéen d’Ougarit et Byblos, la correspondance royale a toujours été menée en cunéiforme assyrien – babylonien. Hors de ce contexte de relations internationales avant 3400 années émanent les célèbres Tel Amarna, quelques centaines de tablettes d’argile avec des lettres échangées entre Aménophis III, Akhénaton avec leurs homologues asiatiques grace aux traducteurs de cette époque.

Encore plus près d’un millénaire notre temps, nous rencontrons Ptolémée II, le pharaon d’origine macédonienne, qui ont invité 72 savants juifs à traduire la Bible (Thora) en grec ancien, la langue  internationale du monde méditerranéen d’alors, ils ont effectué la tâche en 72 jours, résidant sur l’île de Pharos à Alexandrie, quelque part entre l’actuel palais de Ras el Tin et le château Qaytbey. Chaque matin, ils arrivèrent au palais de l’érdit Pharaon pour le remercier et demander que la bénédiction de Dieu lui soit conférée.

Près des trois quarts de siècle plus tard, en 196 avant J.-C., les scribes et les traducteurs de Ptolémée V ont produit un document dans deux langues et trois écritures, à savoir hiéroglyphique égyptienne, égyptien démotique (l’écriture cursive de l’administration pharaonique) et en grec ancien. Le document a été livré en deux exemplaires: le premier – inamovibles – a été inscrit sur le granit du deuxième pylône du temple d’Isis à Philae, dans le sud d’Assouan (Syène), et le second sur une pierre qui est perdue depuis des millénaires. Quand elle a été découverte près de la ville de Rachid (Rosette) dans l’estuaire du Nil, plus de 1070 km loin de la première copie, les gens l’appelaient la pierre de Rosette, et c’est grâce à cette traduction que le déchiffrement moderne de l’hiéroglyphe égyptien est un rêve devenu réalité.

Plus de la moitié du millénaire plus tard, au cours du 4è siècle Chrétien, l’Égypte était devenue le terrain de presque toutes les religions. C’est à cette date ue se situe l’ère des traductions coptes du Kephalaia, le Synaxeis, les lois et autres chefs-d’œuvre de Mani, le philosophe persan et fondateur du manichéisme, que nous avons trouvé dans Armant (au sud de Louxor), dans l’oasis de Dakhla, et dans Fayoum, au début du 20e siècle. Elles témoignent de l’extraordinaire diffusion de la première religion au monde qui a porté sur la durée entière entre l’Atlantique et l’océan Pacifique avant l’émergence de l’Islam. Grâce au génie des traducteurs coptes manichéens, nous rétablissons aujourd’hui la doctrine – durement persécutée par les empereurs de l’Iran sassanide – celle du grand philosophe iranien que Al Nadim a longuement évoqué dans son Fihrist.

Plus tard, pas moins de 700 ans, l’Égypte et le Caire islamique ont été encore une terre d’attraction pour le plus grand philosophe juif Maïmonide, qui né à Cordoue, a quitté l’Andalousie et le Maroc pour s’établir au Caire afin de rédiger et traduire comme tant d’autres – quand il n’a pas été occupé à traiter Salahaddin (Saladin), comme il était le médecin personnel du roi.

Avec cela à l’esprit, nous émergeons pour faire une exception, notamment pout être des traducteurs sans être des traîtres.